Echange scolaire Rennes - Erlangen

18 mai 2017

Epilog Austausch 2016/17

Chose promise, chose due: voici une sélection des plus belles oeuvres produites par nos équipes franco-allemandes lors de la deuxième étape de l'échange, à Rennes, en ce joli mois d'avril ... (publication des autres visuels à suivre)

cece

 

 

Posté par Rondepierre à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 octobre 2016

Montag: Abschied von Erlangen!

 

P1080482

P1080483Ah, ces petits matins blafards où l'on doit se dire adieu! Mais nous savons que nous reverrons nos corres au printemps prochain (rappel: du 30 mars au 10 avril) et montons donc vaillamment dans le car. Derniers "Auf Wiedersehen!" / "P1080203Gute Reise!" / "Alles Gute!", et nous sommes partis...

 

Si cela nous dirait de revenir? Répondons via cette plaque d'immatriculation repérée sur l'autoroute:

 

P1080498

Heureusement que nos Gastfamilien nous ont pourvu de suffisamment de victuailles pour  un très long voyage. Même si la traversée de l'Allemagne du sud et de ses chantiers divers et variés se passe étonnamment bien, nous n'échapperons pas, cette fois, aux bouchons parisiens...

 

P1080495

 

Mais comme ces quelques images le montrent, l'ambiance est très bonne, et nous serons d'attaque, mardi et mercredi, pour quelques dernières heures de cours, avant les vacances...P1080499

 

 

 

 

P1080506La rubrique du jour ne sera pas culinaire mais linguistique: d'une part, le slogan sur les jolis sacs du "Erlanger Herbst" (ouverture festive des magazins ce dimanche), qui semble vraiment fait pour nous, et de l'autre, une carte postale affichant une expression franconienne: alors, des propositions de traduction? Sinon, vous pouvez toujours vous amuser à la prononcer, puis demander à nos corres de vous en révéler le sens lors de leur venue au printemps...

jahuns

 

 

Pour l'instant, nous vous souhaitons ces vacances excellentes et reposantes (pour ceux qui en ont) et ...

Bis bald!

 

Posté par Rondepierre à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Samstag / Sonntag (2/2)

P1080474

P1080473

 

P1080477

La suite des "Eindrücke von einem sonnigen Wochenende": aujourd'hui, pour faire mentir l'idée qu'en Franconie, on ne cultive que le houblon (pour la bière), nous vous emmenons dans la partie "Weinfranken" de notre région d'accueil (par opposition à la Bierfranken): une balade dans les vignobles vous dirait-elle? Elle nous offre une superbe vue (on l'imagine, dans quelques semaines, avec des couleurs encore plus vives...), et tout cela garanti "alkoholfrei" (sans alcool)! Nous vous laissons apprécier ces quelques images, et contrairement aux promeneurs, vous n'aurez pas à vous débattre contre des essaims incroyablement fournis de coccinelles qui se posent partout (sur certaines photos, vous les découvrirez en regardant bien). Il s'agit sans doute de coccinelles destinées à combattre de manière naturelle les nuisibles dans les vignobles, et qui profitent des températures quasi-estivales de cette après-midi pour s'esbaudir dans les airs...

Mais les villages dans les alentours sont très jolis également!

 

P1080451

P1080452

Nous allons tout dP1080453'abord visiter Castell (oui, il y a un lien avec la famille qui fonda l'entreprise de crayons "Faber-Castell" près de Nürnberg et dont voici une modeste demeure), où l'on peut admirer par exemple un magnifique autel baroque dans une église par ailleurs protestante (ce qui est extrêmement rare, nous dit-on). Vous verrez tout de suite une différence par rapport à l'intérieur de la Hugenottenkirche d'Erlangen (eh oui, les huguenots étaient un courant particulièrement sobre du protestantisme...), mais ce qui les relie, c'est la place centrale de la chaire (ici en plein milieu de l'autel), afin d'affirmer la primauté du "Verbe" ("das Wort": vous vous souvenez?).

P1080456

Le promeneur fatigué pourra ensuite s'arrêter dans une charmante tonnelle ombragée et se désaltérer par exemple avec une des délicieuses Johannisbeerschorle de saison (jus de cassis et eau gazeuse).

 

P1080460

P1080465

P1080464Autre lieu, autres charmes: Iphofen, dont nous vous montrons l'entrée de village et quelques vues de places. Face aux charmes bien proprets que dégagent ces petits bourgs, on peut supposer que la culture des vignes aussi doit générer des sommes de taxe professionnelle assez rondelettes...

 

Bon, puisque nous savons que nous devrons nous lever de très bonne heure demain, nous vous quittons pour ce soir, en terminant sur la rubrique culinaire, cette fois avec...

P1080479

–    un Schäufele mit Kloss und Kraut (viande avec une croûte bien croustillante, accompagnée de la fameuse boule en pâte de pomme de terre et de la choucroûte)

P1080467

–    un Zwetschgenkuchen mit Sahne (gâteau aux prûnes, avec de la chantilly)

Bis morgen!

Posté par Rondepierre à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2016

Samstag / Sonntag (1/2): Eindrücke von einem sonnigen Wochenende (en cours de mise en ligne)

[NB: vous aurez entretemps appris que nous sommes bel et bien rentrés à Rennes lundi soir, mais pour compléter ce carnet de voyage virtuel, nous allons, dans les jours à venir, poster les 3 messages manquants...]

Quelle chance - pour notre dernier week-end ici, un soleil radieux illumine les dernières impressions de notre région d'accueil!

Impossible de vous raconter ici toutes nos différentes entreprises... Venez donc accompagner notre reporter dans sa balade, à la quête de sujets pour un "miscéllanées" sur Erlangen :

P1080431

P1080433

P1080430Nous commençons par un petit déjeuner pris directement dans une des boulangeries artisanales qui arrivent visiblement toujours à tenir tête aux chaînes de boulangerie / pâtisserie plus ou moins industrialisées (non pas que ces dernières soient mauvaises, mais ...)

P1080226Ensuite, petite promenade dans le Schlosspark où l'automne a commencé à prendre ses aises : la même photo, du 8/10 et une semaine plus tard...

P1080435

 

L'air frais du matin vous a rappelé que votre gorge est un peu irritée? Allons faire un tour à la "Salzgrotte" où vous pouvez apprécier les bienfaits d'un air saturé en sels, censé remédier à toute une ribambelle de maux (et accessoirement acquérir toute sorte de sels, provenant duP1080437 monde entier et à usage culinaire, cosmétique ou décoratif: bien sûr qu'on y trouve du sel marin bien de chez nous aussi!).

 

 

P1080445

Ainsi revigorés, nous nous dirigeons vers l'exposition "Friedrich Rückert – poète du monde": pouvez-vous imaginer que cet érudit du 19e siècle maîtrisait plus ou moins une quarantaine de langues, symbolisées ici par les petits cubes?P1080360

Poète, spécialiste de l'orient et critique de son temps, il vécut à Erlangen, dans la maison ci-contre, où il composa aussi les célèbres "Kindertotenlieder", suite au décès de deux de ses enfants...

 

Profondément émus, nous nous tournons vers quelques distractions ... et tombons sur la "Offene Bibliothek", installée dans la très fréquentée rue principale (et piétonne): si le coeur vous en dit, vous empruntez (et / ou déposez) toute oeuvre qu'il vous P1080442plaira de partager.

 

P1080440Quelques pas (de danse) plus loin, une porte nous interpelle: c'est une "Tanzschule", comme il y en a quasiment dans toutes les villes dignes de ce nom. Les jeunes Allemands y passent presque tous, à l'âge de 15/16 ans, pour apprendre les rudiments (ou plus, si affinité) des valses, foxtrott, cha-cha-cha et autres tangos. Mais comme de toute façon, notre départ imminent nous empêche d'y assister une fois par semaine, nous abandonnons cette idée - quoique fort séduisante!

 

P1080447

Et à quoi sert donc ce distributeur-là? A y regarder de plus près, il nous propose des objets bien plus sains que les distributeurs de cigarettes que l'on  trouve un peu partout en Allemagne (eh oui, pas de monopole des tabagistes ici...): si votre vélo bat de l'aile à cause d'un pneu crevé, vous pouvez acquérir ici des chambres à air de tailles variées pour vous envoler à nouveau sur votre vélocipède (vous remarquerez que le nom de marque nous a inspirés / donné des ailes!).

 

Allez, pour terminer, un petit tour chez le célèbre café Mengin pour saliver devant les délices déployées dans la vitrine. Succomberiez-vous à ces tentations? Nous vous laissons méditer, avant de vous proposer une sortie dominicale pour vous dégourdir les jambes avant le trajet en car, lundi.

IMG_5001__1476544859_188

 

Posté par Rondepierre à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2016

Freitag: schon der letzte Schultag!

 P1080416Vous rendez-vous compte que c'est déjà le dernier jour pour aller au lycée avec nos corres?

 

P1080417Au Emil-von-Behring, puisque nos amis ont un contrôle, nous profitons de la première heure de cours pour répondre aux questions de deux élèves en "11. Klasse" qui participent au projet "Radio Emil" (leur radio du lycée) et qui voudraient nous interviewer en vue de leur émission "News" qui sera diffusée avant Noël et retracera les évènements du premier trimestre (dont notre venue, bien sûr...). Dès que ce sera accessible en ligne, nous vous dirons, bien sûr!

 

P1080418__1476459912_188Et ensuite, nous aurons même droit à une visite du studio / salle de montage pour cette même radio. Nous sommes impressionnés, notamment par l'affichage des prix que cette "Radio Emil" a déjà remportés dans des concours de Schulradio (Schulradio-Wettbewerbe: en allemand, vous collez simplement les mots les uns derrière les autres: pratique!)

P1080424__1476460011_188Sur la route pour le Schlossplatz, où nous avons rendez-vous pour le rallye, nous nous rendons compte, tout d'un coup, que nous avons omis de parler de la "petite Venise" à Bamberg hier! [NDLR: C'est réparé, entretemps]

Arrivés là-bas, les groupes de 3 ou 4 (lycées Jean Macé et VHB) sont constitués et briefés et partent si vite pour les explorations proposées, que notre reporteur ébahi ne peut prendre en photo que la place déserte (bon, il reste les stands du marché et le Bratwurststand...). Remarquez par ailleurs ce temps splendide!

P1080423__1476460052_188Les questionnaires rendus en temps et en heure sont ensuite évalués, et au lycée VHB, l'équipe gagnante est celle que vous voyez ci-contre (un membre de cette équipée super-efficace manque sur la photo, mais les copines ont bien pensé à lui assurer son prix!)

Nous rentrons dans nos lycées respectifs pour retrouver nos corres et - - -

c'est le Wochenende à lundi / Bis Montag - et pas d'énigme ce soir afin de vous laisser vous reposer!

Puisque la rubrique culinaire d'hier plutôt "salée", nous proposons aujourd'hui quelques spécimens de gâteaux très typiques:

 

P1080420- le Agnes-Bernauer-Torte, couches de crème de mocca et de noisettes, entre autres (commémorant une belle du 15e siècle, immortalisée entre autres par l'auteur Friedrich Hebbel): tant de douceur pour un destin si tragique!

 

P1080421

- le bien moins spectaculaire Käsekuchen, gâteau au fromage blanc: mais quelle délice aussi!

 

PS: Et la solution de l'énigme d'hier: les Bambergois appellent cette sculpture le "Gabelmoo" (en franconien), "Gabelmann" (l'homme à la fourche) en allemand standard (Hochdeutsch)

Posté par Rondepierre à 23:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 octobre 2016

Donnerstag (2/2) : Bamberg - in der Unterwelt!

P1080388Et voici notre aventure de l'après-midi: nous remontons sur la colline pour entrer dans le système de galeries sous la montagne Saint Etienne (Stefansberg) : ces galeries datent très probablement déjà du 11e siècle, et leurs utilisations ont varié sensiblement au gré des siècles. Par ailleurs, la désignation de "Katakomben" sur la brochure de la ville est trompeuse: pas la trace d'un seul osselet ici... (ouf, tant mieux!).

Déjà briefés en amont sur les chaussures solides, vêtements chauds et autres lampes de poche à prévoir, nous serons d'abord équipés de casques jaunes très seyants, dans l'hilarité générale.

P1080390Ensuite, nous descendons dans ce "monde du dessous", en faisant attention à ne jamais perdre le reste du groupe, car on nous avait prévenus: c'est un vrai labyrinthe... Au premier abord, pas très confortable, la marche dans des galeries pas toujours trop étroites, mais plutôt basses de plafond, en dehors des grandes "salles". Notre guide (parlant un excellent français: un de plus!) nous explique que les galeries proviennent de l'extraction de sable que l'on n'utilisait pas pour construire (il résulte d'une pierre très "molle" et friable), mais pour nettoyer tables et sols (ce sable s'appelait "Scheuersand", du verbe "scheuern - frotter afin de nettoyer").

 

P1080394On a testé et bien vu comme elle s'effrite rien qu'à la caresser...

Et puis ce moment assez unique et quasi irréel, lorsque le guide nous a dit de tout éteindre, lampes et portables, pour goûter un noir absolu que l'on ne retrouve plus désormais (et que lui dit avoir encore connu, enfant, dans les nuits à la campagne...). Bien sûr, pas de photo disponible de ce moment: essayez donc d'imaginer... Pas facile, n'est-ce pas?

 

P1080399Une fois creusé ces multiples cavités, on les utilisait - avec leur température constante, et bien aérées via un système de "cheminées", pour stocker des aliments (notamment bières, vins, ...) et de la glace. Ainsi verrez-vous ici également une sorte de "frigo avant l'heure", la petite armoire avec une bassine dans le couvercle, où l'on mettait de la glace).

 

P1080402

Changement encore pendant la guerre où ces galeries servaient bien sûr d'abri (anti-raids aériens pendant le deuxième guerre mondiale). Et pendant cette dernière également, on installa des machines pour fabriquer des bougies destinées à faire fonctionner toute sorte de moteurs (elles dégageaient une odeur et une ambiance pas très agréables, ces machines!)

 

P1080392Notre guide nous fait aussi une petite blague, nous montrant de belles araignées bien grasses (bravo encore pour les courageux qui ont bien voulu mettre le nez les premiers dans la cheminée indiquée !), puis il sera temps de remonter à la surface et d'entamer la marche du retour vers la gare.

Nous rentrons pour retrouver nos corres à la gare d'Erlangen et avons bien sûr beaucoup de choses à leur raconter!

Avant de vous laisser pour vous reposer avant le rallye pédestre demain dans le centre d'Erlangen, nous voudrions toutefois vous faire voir encore (à défaut de vous les faire goûter) quelques spécialités dans notre rubrique culinaire, à savoir

 

P1080386- une Kürbissuppe avec graines et huile de courge comme on les trouve dans la plupart des restaurants en cette saison (et chacun a sa propre recette, on dirait: avec ou sans carottes, gingembre, ...)

 

P1080415

 

- des Bratwürste mit Kartoffelsalat dans une assiette vraiment trop jolie

 

 

P1080387

- un Krustenbraten mit Kloß und Wirsing (on sera des spécialistes des Klöße, en rentrant: vous n'aurez qu'à nous demander;.. pour le Wirsing, c'est du chou vert.

 

 

P1080414

- et un Leberkäse mit Spiegelei und Salat (une sorte de mortadelle assez volumineuse et coupée en tranches, puis cuite au four ce qui lui donne une sympathique croûte (Kruste) bien dorée...

 

Sur ce... Gute Nacht (et peut-être une petite Kräutertee / tisane aux herbes pour bien digérer...!)

Posté par Rondepierre à 21:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Donnerstag (1/2) : Bamberg - kalt, aber wunderschön!

P1080365Comme convenu, nous nous retrouvons à la gare d'Erlangen. Rien de spectaculaire là-bas, mais la perspective de prendre les transports en commun est tout à fait sympa, et en plus, nous ne risquons pas de retomber dans un de ces "Staus"!

P1080366

Une petite marche à pied après ce trajet confortable, et nous arrivons dans à un point de rendez-vous très célèbre de Bamberg, une fontaine qui représente Neptune (comme vous aurez très certainement reconnu), mais que personne ici n'appelle par son vrai nom. Question du jour alors: quel est son petit nom franconien et que veut-il dire?

 

P1080370Notre guide nous attend là et commence par nous expliquer la structure de la ville, qui est en effet un peu particulière: traversée par les deux bras de la rivière Regnitz (dont le plus grand fait partie du "Main-Donau-Kanal" reliant le Danube au Main), Bamberg est divisée en trois parties:

- la Bergstadt, sise sur la colline, et où se trouvait le clergé

- la Inselstadt, construite sur l'île entre les deux bras, et où se trouvaient les bourgeois et notamment les riches marchands

- la Gärtnerstadt, au-delà du canal, où les maraîchers trouvaient de la terre fertile pour leurs cultures.

Comme Regensburg, Bamberg fait partie du "Weltkulturerbe", un label qu'elle a reçu déjà en 1993. Nous apprenons aussi qu'elle est - après Prague et Venise, la troisième ville européenne en termes de concentration de monuments classés: ça alors, qui l'eût crû!

A propos de "colline": le fondateur (et saint patron, avec son épouse Cunégonde) de la ville, Henri II, comptait sept collines autour de sa ville, ce qui lui inspira moultes références à une autre "ville sainte" sise sur autant de collines, à savoir Rome. Le couple était (et l'est toujours) très vénéré à Bamberg - on dit même que c'est le voile de Cunégonde, déployé par elle une nuit de bombardement sur sa ville, pendant la deuxième guerre mondiale, qui aurait protégé cette merveille contre les bombes des alliés. Bon, notre guide nous livre aussi une autre version de ce miracle (il faut savoir que des villes comme Würzburg ou Nürnberg par exemple avaient été détruites à 85%, voire plus, tandis que pour Bamberg, ce n'était "que" à peine 10%): les Américains auraient été au courP1080368ant de l'existence d'une soixantaine de brasseries de bière dans cette ville - et voulurent épargner ces trésors...

P1080373

Quoiqu'il en soit, nous avons maintenant très envie de découvrir une telle merveille: première halte devant l'hôtel de ville, construit sur l'eau (entre les deux bras de la Regnitz), en raison d'un conflit entre l'évêque et les bourgeois. C'est fort joli déjà vu de là, mais encore plus depuis un point de vue plus bas que voici.

 

P1080375Et nous continuons nos explorations le long de la Regnitz: voici ce que l'on appelle ici "Klein-Venedig", la petite Venise. C'est fou d'ailleurs, combien de "Venise", "Florence" et autres "Suisse" on peut trouver dans le monde (Dresden - das Elbflorenz, die Fränkische Schweiz, ...). Masi revenos donc à la "Venise" bambergoise: le long de fleuve, ce sont d'anciennes maisons de pêcheurs, bâties sur des pilotis parce qu'ils supportent mieux les inondations dont souffrait la ville jusqu'à la construction du canal. Situés à proximité des abattoirs (vous en voyez un coin, bâti en pierre, tout à droite de la photo), et se servant comme eux de la Regnitz comme d'une super-poubelle pour les déchets de poisson, ces pêcheurs n'étaient pas trop bien lotis. Toutefois, l'une de ces maisons abritait la famille Messerschmitt: cela vous dit quelque chose? Eh oui, non seulement ils fondirent la première "Romantik Hotel", à Bamberg, au début du 19e siècle, mais ils firent aussi fortune dans la construction d'avions bien connus et détestés par ceux qui en subirent le déchargements de bombes, notamment les Anglais pendant la deuxième guerre mondiale...

De nos jours, il n' a plus qu'une seule famille de pêcheurs dans cet endroit (la maison aux lambris foncés).

 

P1080376

P1080383

P1080382Mais il sera temps aussi de nous rendre enfin à cette belle cathédrale, en haut de la colline - et nous serons très heureux d'y rentrer, vu que le froid devient de moins en moins supportable, avec le vent glacial qui souffle...

Assez remarquable dans cet édifice (qui a 800 ans - la première version date même d'il y a 1000 ans, mais un incendie l'avait ravagée en 1081 et la reconstruction ne fut achevée qu'au 13e siècle) : d'un côté (orienté vers l'est, c'est pourquoi c'est plus lumineux en cette fin de matinée), elle se présente en style roman, de l'autre en style gothique - et la transition est assez bluffante de discrétion!

 

P1080385Cette année, la visite ne s'arrête pas au "Bamberger Reiter" - si vous êtes très curieux, vous pourrez trouver les informations idoines dans une encyclopédie, en ligne ou en papier, bien sûr ! Mais nous ne pouvons pas quitter cet édifice sans avoir admiré le magnifique tombeau de Heinrich II. et Kunigunde (sculpté par le célèbre Tilman Riemenschneider). Bon, l'histoire que raconte le relief à gauche est tout de même un peu glauque: un méchant aurait fait croire à Henri que son épouse le trompait, et pour se laver de ce soupçon, Cunégonde aurait dû se soumettre à une ordalie (jugement de dieu), en marchant pieds nus sur des fers chauffés à blanc... Mais ses pieds en seraient restés miraculeusement lisses et indemnes comme une peau de bébé, ce qui l'aurait lavée de tout soupçon: ouf!

Ainsi rassurés sur l'ordre des choses, nous quittons ce lieu de recueillement pour nous trouver un coin de restauration: après tout, les nourritures terrestres ne doivent pas être négligées non plus!

Rendez-vous à 12h30 devant Neptune (n'oubliez pas de répondre à la devinette!) pour la suite des aventures cet après-midi!

 

PS: La solution de l'énigme d'hier (des fois que vous n'aviez pas trop la tête qui tourne, pour la trouver, avec toutes ces photos à l'envers...): il est vrai que peindre le même motif sur un tableau aurait duré environ une semiane au lieu de 2 ans, MAIS comme au baroque, on adorait se déplacer (les cours princières étaient souvent en voyages / déménagements d'une résidence à l'autre), les tapisseries présentaient l'énorme avantage que de pouvoir s'enrouler et être emporté assez facilement! Alors, vous aviez trouvé?

Posté par Rondepierre à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2016

Mittwoch: Endlich Details über die "Hugenotten"!

 

 

chaussettes

 

strumpfwirkerhaus

[NB: les logiciels jouent à "upside-down" apparemment: toutes nos excuses pour les désagréments, mais dans l'immédiat, il n'y a pas de solution autre que de mettre les photos comme elles en sortent, après optimistion de poids: nous essaierons de remédier au problème après notre retour]gants

 

 

Nous en avions déjà entendu parler plusieurs fois depuis notre arrivée: il était temps pour quelques éclaircissements sur ces mystérieux "Hugenotten" !

 

tapis

Pour faire court (ou presque): les "Hugenotten / huguenots" furent les Français de confession protestante qui - lors de la révocation de l'Edit de Nantes qui leur avait donné les garanties nécessaires pour vivre leur religion, dans une France largement catholique - allaient s'exiler puisqu'ils ne voulaient pas abjurer leur foi. Le Markgraf (margrave) Christian Ernst (1644-1712), pas tout à fait désintéressé, vourbanisme1ulait les attirer dans sa ville (à l'époque très insignifiante) d'Erlangen, car ils étaient réputés pour leurs talents en matière de fabrication de biens de luxe (gants, chaussettes tissées, tapisseries, chapeaux, ...).

 

urbanisme2

urbanisme3

urbanisme4

Il leur promit donc la construction d'une ville, avec un temple pour exercer librement leur culte. Et c'est ainsi que devant la viellle ville (Altstadt) moyennageuse, fut construite une belle "Neustadt" (ville nouvelle), dans le plus beau style baroque (LA modernité de l'époque), c'est à dire construite sur les prinicipes du carré, des parallèles et des axes de symétrie. Et la ville d'Erlangen devint en effet un lieu de production et de commerce de "Luxusgüter" plutôt prospère...

 

brunnenCertes, les relations entre les "authochtones" (qui auraient bien voulu avoir de belles maisons toutes propres eux aussi et qui durent – tout miséreux qu'ils étaient – aider les nouveaux arrivés à construire les leurs). Mais au plus tard vingt ans après, lorsqu'un incendie terrible rasa la totalité de la Altstadt et que les habitants de la Neustadt accueillèrent à leur tour ceux qui étaient devenus des sans-abri, les deux populations commencèrent à s'apprécier, à se mélanger, ... et de nos jours, des noms français comme "Mengin" par exemple se prononcent sans complèxe à l'allemande – à peu près "ménguine" – sans que l'on réalise son origine... Nous vous laissons méditer sur ce bel exemple historique d'intégration réussie (il est vrai que M. le bourgmestre en avait parlé lundi avec beaucoup d'engagement et des allusions non dissimulées à des faits actuels...)

turm_aussen

kirche_innenSur les photos, vous verrez donc ce que nous avons découvert dans le Stadtmuseum (musée municipal), à savoir:

- des ateliers de fabrication de chaussettes tissées (pas tricotées: gewebt, nicht gestrickt - métier très mauvais pour la santé, par ailleurs: à déconseiller!) et de gants en cuir blanc ultra-fin (usage unique – certainement pas pour travailler...), ainsi qu'une maison de "Strumpfwirker" (qui tissait ces chaussettes)

 

 

- un beau spécimen de tapisserie (pour produire l'équivalent de la surface d'une paume, il fallait 2 jours - pour le tapis tel que vous le voyez, environ 2 ans: mais pourquoi donc ne pas simplement prendre des tableaux à la place, tout aussi décoratifs? on vous laisse trouver la solution...)

- notre atelier d'urbanisme où deux équipes s'affrontaient pour proposer au Markgraf et à la Markgräfin le plan idéal pour la nouvelle ville à construire (c'est le groupe de gauche qui l'a remporté!)

- le début du parc du château où le couple de Markgraf aménagea une fois la ville devenue si prospère (la fontaine très chargée de symbolique, achevée en 1706, montre Christian Ernst tout en haut de la "Machtpyramide" (pyramide du pouvoir), et à travers une sorte de tunnel au milieu de cette fontaine, on aperçoit, droit dans l'axe (baroque, quand tu nous tiens...) la statue équestre du margrave dont nous vous entretenions ce week-end... ainsi que la belle orangerie qui servait surtout à ébahir et impressionner les pairs du margrave

 

turmabstieg

- la tour du tturmaufstiegemple dont la construction avait été promise (bon, pour la tour, ce sont finalement les huguenots eux-mêmes qui durent la financer - le budget pour le chantier de l'ensemble ayant largement dépassé les prévisions...)

- l'intérieur du temple : nous vous laissons apprécier les différences avec un édifice religieux catholique (si vous ne trouvez pas, on vous expliquera à notre retour...) ; pour vous donner une piste: le protestantisme met das Wort Gottes (le verbe de Dieu" au centre de la foi...

 

aussicht1

aussicht2- la montée, la descente ainsi que les magnifiques vues depuis la plateforme de la Hugenottenturm, à 40m au-dessus du sol (dans la descente, nous avons eu droit, juste lorsque nous sommes passés devant les cloches, aux 12 coups de midi... sonnerie en attente de mise en ligne)

... et en prime, la vue de la gare devant laquelle nous nous retrouverons demain à 8h pour prendre le train vers Bamberg!

 

bahnhof

PS: pour la devinette d'hier, bien sûr que vous avez vu juste: ce sont là les spécimens des mesures, afin d'étalonner les longueurs de tissus etc. Et gare à ceux qui osaient tricher: on ne rigolait pas avec l'honnêteté des marchands et la réputation de la ville (c'était puni plus sévèrement que des meutres, à ce qu'on nous a dit...)

 

 

 

Posté par Rondepierre à 23:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 octobre 2016

Dienstag: Regensburg – im (leichten) Regen...

P1080335

P1080336

 C'est notre grande sortie franco-allemande aujourd'hui, et nous sommes donc partis avec tous les corres allemands.

Notre trajet en car vers la ville avec la plus grande concentration de bâtiments religieux divers et variés en Allemagne (nous dit-on) doit bénéficier d'une bonne étoile ["unter einem guten Stern stehen" donne une même idée en allemand] , car pour une fois, l'autoroute n'est quasiment pas encombrée! Une sorte de miracle...

P1080343Pour l'instant, le temps est stable, avec même quelques sympathiques clins d'oeil du soleil, mais il fait froid (6°C, ressentis par nous comme nettement moins...) - c'est peut-être la raison pour laquelle notre guide (parlant français, ouf!) choisit plutôt des coins abrités pour nous expliquer sa ville. Aussi avons-nous un peu moins l'occasion que les années précédentes de vous régaler de photos d'extérieur divers et variées.

P1080338

Mais vous nous voyez par exemple ici dans le "Salzstadl", bâtiment historique datant du Moyen-âge, et qui servait à stocker le sel, denrée extrêmement précieuse à l'époque: saviez-vous qu'en ces temps-là, on consommait 17 kg de sel par an, contre 5 à 7 aujourd'hui? Eh oui, il n'y avait pas les frigos pour conserver les aliments...

De nos jours, ce beau bâtiment abrite le centre de visiteurs du patrimoine culturel de l'UNESCO : Ratisbonne a en effet obtenu le label de "Weltkulturerbe" en 2006, présentant sur le seul périmètre du centre historique le nombre improbable de 1300 (eintausenddreihundert) monuments classés!

Pas étonnant que Regensburg s'appelle aussi "la ville où l'on peut toucher avec sa main 2000 ans d'histoire"... Et pour les 2000 ans, ce n'est pas exagéré, car ce sont bien les Romains qui ont fondé la ville en érigeant là un camp militaire bien fortifié pour 6000 légionnaires, sur l'équivalent de 33 terrains de foot!

P1080353

devinette_dienstag

Bon, le temps s'est couvert entretemps, quelques gouttelettes nous rappeleraient presque la maison... Nous nous arrêtons pour une dernière halte devant la magnifique "Rathaus" (si vous avez bien suivi hier, vous savez ce que cela veut dire...) qui présente une multitude de styles architecturaux, mais la partie jaune visible ici est la plus belle, en style gothique. On aperçoit sur la photo un portail à droite, couronne par deux têtes de soldats, le "défenseur" et "aggresseur" afin de montrer les deux faces de la force militaire. En dessous (voir image ci-contre), un disppositif oh combien important (mais bien plus pacifique) pour une ville commerçante comme Regensburg : devineriez-vous (ou vous rappelez-vous) à quoi ceci servait?

 

P1080354Vu la météo maussade, nous sommes très contents de rentrer dans la "Rathauskeller", un chouette restaurant, où nous sommes régalés sur invitation de la ville d'Erlangen.

 

 

P1080356

Pour garnir la rubrique culinaire du jour, nous vous proposons ici l'un des plats au choix ce midi (celui qui a remporté les suffrages contre le "Bratwurst mit Kraut"): bien que ce ne soit pas esthétiquement très remarquable, c'est trop bon, ces "Käsespätzle mit Salat" ! Nous vous aiderons pour la prononciation lorsque nous rentrerons...

image

Puisque le repas est suivi par un "quartier libre", certains d'entre nous en profitent pour goûter, dans un des multiples cafés sympas, à de délicieux gâteaux comme ces "Sachertorte" et "Haselnuss-Sahne-Torte" (gâteau au chocolat inventé par M. Sacher à Vienne et gâteau aux noisettes et à la crème): tant pis pour le régime...

 

P1080357

Et encore un petit régal pour les yeux, avant de reprendre le car vers Erlangen: un des nombreux magasins "Trachtenmoden" (Tracht = costume traditionnel) où l'on peut acheter ces fameux "Dirndl" - trop stylé, non ?

Posté par Rondepierre à 18:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 octobre 2016

Montag (2/2): Im Rathaus

P1080315

P1080320

Et nous revoici, rassemblés dans la belle salle du conseil de l'hôtel de ville d'Erlangen, baignée dans une douce lumière d'après-midi. Nous sommes venus avec nos corres et nos familles d'accueil, et le maire, Dr. Florian Janik, nous souhaite à tous très chaleureusement la bienvenue, regrettant de ne pas avoir appris plus notre langue depuis l'année dernière.

P1080317Heureusement que son discours se trouve traduit alors, puisqu'il y a des éléments forts intéressants sur l'histoire d'Erlangen, qui expliquent pourquoi la ville s'engage notamment très activement pour l'accueil et l'intégration des réfugiés, ces temps-ci. Nous n'allons pas tout dévoiler ici, puisque ce sera le sujet principal de notre visite de mercredi matin, mais pour les curieux, nous disons le mot-clé: "Hugenotten"...

P1080332Pendant le discours de remerciements de notre équipe d'accompagnateurs, les deux plus courageux (courageuSES) d'entre nous osent même prendre la parole (auf Deutsch!) pour expliquer à l'assemblée ce qui les a marquées et ce qui leur a particulièrement plu depuis notre arrivée. Nous sommes tous très impressionnés!

La réception officielle se termine par un magnifique buffet de spécialités pâtissières locales, sucrées et salées et heureusement en taille miniature pour en goûter tout plein.de sortes différentes. Puis nous rentrons avec nos familles: demain est un autre jour, et il faudra être en forme pour savourer Regensburg!

Posté par Rondepierre à 22:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]